Point de vue

Mon style de peinture est délibérément classique car je pense qu’il est le
mieux adapté au portrait, notamment à la finesse, la sensibilité et l’expressivité
du pur-sang.

Il est plutôt statique car il souhaite susciter la contemplation, la disponibilité intérieure chère à Balthus, loin de l’agitation du monde.

Plus simplement, il restitue le plaisir que j’ai eu à visiter de beaux haras, plaisir que j’aime à faire partager.

Pour moi l’art est non seulement l’expression de ce que ressent l’artiste mais il est également harmonie, d’où la nécessité de certaines connaissances techniques, d’une recherche et de beaucoup de travail pour parvenir à ce dosage de couleurs et à cet équilibre entre le sujet et l’arrière plan ou entre les différents sujets lors d’une composition.

Je m’inspire plus particulièrement des peintres portraitistes anglais du 18 e et 19 e siècles, notamment George Stubbs qui a été le premier peintre du cheval à marier classicisme et exigence anatomique. Je me sens proche également de John Frederick Herring Snr et du peintre américain Richard Stone Reeves. En ce qui concerne la peinture en général, j’apprécie plus particulièrement Vermeer, Rembrandt et Velazquez, mais j’aime aussi des artistes plus contemporains comme Escher, Balthus ou Monory.

L’arrivée de la photographie a redéfini la notion d’art en peinture. Pourtant le portrait photographique n’a rien à voir avec le portrait que peut réaliser un peintre. Une seule photographie n’est pas toujours ressemblante à son sujet, car il lui manque la synthèse née de l’observation du peintre. Elle ne restitue donc pas toujours le caractère du sujet.

Pour s’en convaincre il suffit de regarder cette peinture classique et intemporelle avec davantage d’attention et de se laisser toucher par elle.

Marie-Odile COLATRELLA

 

Editions (cliquez ici pour télécharger)


© colatrella 2006
peinture chevaux, portraits chevaux, art cheval

©2006- Réalisation : escape-com.fr